Hanazakari no Kimitachi e

Je me souviens encore de ce drama même si ça fait déjà 3 ans que je l’ai vu. J’ai dû le revoir au moins 6 ou 7 fois et non je ne m’en lasse vraiment pas ! D’ailleurs cet été sera propice aux revisionnages de dramas japonais que j’ai vu il y a bien longtemps (mais cela n’empêchera en aucun cas de regarder les tout nouveaux dramas japonais, coréens et taïwanais!) Ce drama est sans conteste mon drama préféré ! Et cela n’a pas changé depuis 3 ans. Alors je suis bien entendu obligée de rédiger un article sur ce drama, culte selon moi. Allons donc faire un petit tour à Ikemen Paradise (le Paradis des beaux mecs). 

Hanazakari no kimitachi e ou communément appelé Hanakimi, c’est l’histoire d’une jeune japonaise qui vit en Californie, et qui voue une culte sans faille à un athlète champion de saut en hauteur. Jusqu’ici rien d’extraordinaire. Tout ce qu’il y a de plus banal. Mais Ashiya Mizuki est tellement fan de Sano Izumi qu’elle est prête à tout pour lui… Un jour, après avoir assisté à une compétition à Los Angeles, Mizuki se rend au camp d’entraînement de Sano. Mais elle se fait attaquée par une bande de voyous, et Sano témoin de l’agression, court la sauver. Il est alors blessé à la cheville et ne peut plus pratiquer de sport pendant un an. Mizuki se sentant coupable, décide de se faire transférer dans le même lycée que Sano à Tokyo afin de recoller les morceaux et de l’aider à reprendre le saut en hauteur. Mais, voilà, le problème est que le lycée Osaka Gakuen est un lycée pour garçons uniquement. Mizuki se travestit donc en garçon et rejoint le dortoir de Sano Izumi. 

Vous l’aurez deviné ce drama est totalement déjanté ! Allons donc faire un détour au coin des personnages. Tout d’abord les trois personnages principaux : 


Ashiya Mizuki est jouée par Horikita Maki. Elle est complètement dévouée à son idole et se sent prête à tout pour le convaincre de reprendre le saut en hauteur. Son arrivée au lycée n’est pas forcément vue d’un très bon œil par la plupart des élèves mais ces derniers finissent par l’accepter rapidement et Mizuki devient même leur « petit frère » et leur « confident ». Mizuki s’intègre donc parfaitement aux autres et finit par passer de très bons moments en leur compagnie. Malheureusement son secret ne va pas en rester un très longtemps aux yeux du très bel infirmier scolaire mais aussi d’un autre personnage clé du drama qui le découvre rapidement /!\Sano/!\.

C’est en regardant ce drama que je me suis rendue compte que Horikita Maki est une actrice vraiment excellente et qui se donne à fond dans son travail et les rôles qu’elle interprète. Avant de la voir dans ce drama je l’avais déjà vue dans Nobuta wo produce et Seito Shokun, des dramas complètement différents des un des autres et dans lesquels elle joue des rôle tout aussi différents, et ce à la perfection. C’était donc assez surprenant de la voir changer de registre. Nobuta wo produce étant une comédie plutôt dramatique et Seito shokun un drame scolaire assez sombre. Bref, depuis que je l’ai vue dans Hanakimi, Horikita Maki est sans conteste mon actrice japonaise préférée ! Bref pour en revenir au personnage, Mizuki peut être un peu naïve parfois mais on s’attache très vite à elle comme à tous les autres personnages d’ailleurs.

Sano Izumi est joué par Oguri Shun (encore un acteur génial). Sano est un peu froid au départ, et surtout très coincé. Ses conflits avec Nakatsu son supposé meilleur ami, ne le rendent pas plus décontracté. Il faut vraiment arriver à le cerner pour pouvoir obtenir de lui ne serait-ce qu’un seul sourire. Mais Sano souffre énormément depuis sa blessure et ses rapports familiaux ne sont au mieux. Il fait tout pour s’éloigner du saut en hauteur et ne pas impliquer ses amis dans ses problèmes. Mais lorsque Mizuki arrive et règle le conflit avec Nakatsu, Sano finit par s’ouvrir aux autres et se sentir mieux.

Là, encore je dois dire qu’Oguri Shun m’a impressionnée, bon, je ne dirais pas qu’il s’agit de son meilleur rôle, mais il joue encore une fois, un rôle différent de ce qu’il avait l’habitude de faire avant Hanakimi. Dans tous les dramas où il a joué, aucun rôle ne se ressemble. Oguri Shun sait s’adapter à tous les registres et aussi à toutes les coiffures x). A croire que pour rentrer dans la peau de ces personnages il est prêt à tout. A moins que ces choix de coiffures ne soient tout simplement personnels. Quoiqu’il en soit, Oguri Shun est un acteur remarquable et ce qui est sûr c’est qu’il n’est pas prêt d’arrêter sa carrière de si tôt !

Nakatsu Shuichi est joué par Ikuta Toma. Nakatsu est un jeune joueur de football à la recherche de l’amour. Il est apprécié de tout le monde et aimerait redevenir ami avec Sano. Il est assez perturbé par l’arrivée de Mizuki mais finit par se rapprocher de « lui »/d’elle. A tel point qu’il en vient à se poser des questions sur ses préférences sexuelles… Nakatsu est un personnage très attachant et on a du mal à ne pas avoir pitié pour lui. Mais Nakatsu est surtout très drôle et à chaque passage où il apparaît c’est le fou rire assuré !

Ses monologues sont tous à mourir de rire, totalement culte, surtout ses « Homo janai ! ».

Quoiqu’il en soit, Nakatsu a une admiratrice secrète et n’a pas de souci à se faire à ce niveau là !

Alors maintenant parlons un peu des personnages secondaires :

Le dortoir n°1 : l’école est divisée en dortoirs. Le dortoir 1 est celui des karateka. Avec le tordant Tennouji Megumi (qui a joué aux côté d’Oguri Shun dans Gokusen). Il mène son dortoir à la baguette ou plutôt à la ceinture, et pas question pour les plus jeunes élèves de se défiler face aux obstacles. Tennouji est le chef suprême de la bande mais son côté dur et sûr de lui laisse place à la faiblesse et à l’émotion quand il est en compagnie de sa bien-aimée Kanna. 

Le dortoir n°2 : c’est le dortoir des sportifs, celui où se trouvent Mizuki, Sano et Nakatsu. Une bande totalement délurée menée par le plus âgé Nanba Minami, un dragueur invétéré qui passe de filles en filles mais s’avère être bien plus sensible que ça.

Il est convoité par le jeune Soichiro qui fait tout pour l’éloigner des filles qu’il rencontre.

L’un des plus drôles de cette bande est bien entendu Kayashima (ici à droite), celui qui voit les fantômes et les esprits. Et puis il y a Sekime, celui qui accueille Mizuki au début du drama et « le » guide dans l’école. Bref une très belle bande bien soudée.

Le dortoir n°3 : l’antre des théâtreux ! Oscar Himejima Masao, le plus déjanté de tous à proprement parler. Toujours en train d’exagérer, lui aussi mène son groupe à la baguette et à la démesure si on peut le dire. Ils sont tout le temps déguisés et on ne se lasse pas de les voir se « bagarrer » avec le dortoir n°1. Les compétitions entre les trois dortoirs sont vraiment agréables à regarder, là encore crise de rire assurée. Mais malgré leurs conflits incessants, les trois dortoirs sont également plus soudés que jamais. 

A côté du lycée Osaka Gakuen, se trouve le lycée pour filles. Un groupe de 5 filles est d’ailleurs chargé de maintenir l’équilibre et la sécurité au sein du campus. Elles sont sans cesse autour des beaux gosses de l’école afin d’assurer leur sécurité grandement menacée par des fans inconditionnelles *hum hum*.

L’infirmier de l’école, Umeda, ne cache pas son homosexualité, et grâce à son fameux « flair » il découvre tout de suite le secret de notre chère Mizuki. Mais ce dernier agit finalement comme un protecteur et un confident pour la jeune fille qui parfois ne sait pas comment agir avec ses camarades et surtout avec Sano envers qui elle commence à éprouver des sentiments au grand damne de Nakatsu. Enfin Umeda est harcelé par la photographe Hara Akiha qui n’est autre qu’une de ses anciennes conquêtes, avant qu’il ne devienne gay ils sont en effet sortis ensemble. Les scènes entre les deux personnages sont vraiment marrantes et totalement cultes également. Par ailleurs on apprend plus tard dans le drama que Umeda, l’infirmier, est l’oncle de Nanba Minami (je le dis car ce n’est pas forcément un spoiler pour ceux qui n’ont pas vu le dramas).

Puis comment ai-je pu oublier de parler de Kagurazaka ? Le rival de Sano. Tellement prétentieux et sûr de lui celui-là. Mais on finit vite par l’apprécier (dans ce drama on finit par aimer tous les personnages de toute façon !). Il devient tellement mignon, et tout gentil avec Sano quand il est malade par exemple. Ca en devient même très drôle !

Et enfin, le personnage que tout le monde préfère et dont les élèves ne peuvent se passer : Yujiro ! Bah oui le beau labrador de l’école qui appartient officiellement à Sano ! J’adore ce chien (bon ok c’est pas un vrai personnage me direz-vous mais bon c’est un chien tout de même :))

L’intrigue

 

La plupart des dramas japonais contiennent : environ 10 épisodes de 45 minutes chacun, même s’il arrive parfois que le premier et le dernier épisodes durent environ 1h30. Ici, on ne voit vraiment pas le temps passer, on entre très vite dans l’histoire et on accroche dés le début. L’intrigue ne traîne pas et il y a toujours des petites intrigues à chaque épisodes. L’humour est également bien dosé peut-être un peu trop excessif mais justement c’est ça qui fait tout le charme du drama. Bref, pas le temps de s’ennuyer devant Hanakimi.

L’ost colle très bien à l’ambiance du drama : des musiques plutôt joyeuses, douces et qui nous mettent de bonne humeur.

Les génériques de début et de fin (Ikenai Taiyou des Orange Range et Peach d’Ai Otsuka) nous mettent tout de suite dans l’ambiance.

Un très bon drama, pour rire, se détendre et être de bonne humeur. Si vous êtes déprimé, ce drama vous redonnera le sourire ! A revoir à et à rerererevoir !

Mais comment ai-je pu oublier de parler du fait que tous les acteurs sont beaux ?! C’est un peu ça qui rend le drama si génial je dirais ! Je rigole, il n’y a quand même pas que ça dans le drama ! Mais il faut dire que ça aide beaucoup à accrocher au drama et à vouloir le continuer. Bah oui qui ne craquerait pas devant le beau sourire de Nakatsu, ou le beau visage craquant de Nanba, ou encore devant l’air sinistre de Sano (bon ok là peut-être moins) ?

Bref, le drama nous sert une belle panoplie de beaux gosses et une Horikita Maki très mignonne qui s’adapte parfaitement au reste du groupe. Ce drama est tout simplement culte (même si beaucoup ne le pensent pas). Et je le conseille à tout ceux qui veulent commencer à regarder des dramas japonais.

Pour ce qui est de l’adaption par rapport au manga, c’est sûr que cette version n’est pas tout à fait fidèle. Je dirais que la version taïwanaise (dont je parlerais plus tard aussi) est beaucoup plus du manga que la version japonaise mais je préfère tout de même la version japonaise pour le côté décalé.

♥♥♥♥♥

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s